Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for septembre 2012

Candeur ou intégrité?


Septembre 2012 : une rentrée marquée par deux événements qui retiennent mon attention. Ils nous invitent à réfléchir sur la confiance vouée à celles et à ceux qui posent un jugement professionnel sur notre intégrité corporelle.

Dans le premier cas, des patients d’un hôpital de la région de Montréal sont invités à se soumettre à de nouveaux examens de coloscopie, au motif que les résultats obtenus entre 2009 et 2012 révèlent des anomalies. L’auteur de l’erreur soupçonnée : un médecin spécialisé dans ce type d’examens, dans un milieu hospitalier. Son ordre professionnel a déjà sévi. Depuis cette annonce, des patients vivent dans le doute et l’appréhension d’avoir été victimes d’un retard de diagnostic qui portera à conséquence sur leur santé, sur leur vie. À n’en pas douter, ils sont raisonnablement inquiets. Un recours collectif a été entrepris.

Dans le second cas, un médecin qui est informé dans son cabinet par un patient qu’il prend plus de 20 consommations d’alcool par semaine. Par le biais d’un formulaire de la SAAQ, le médecin transmet cette information au gouvernement. Résultat : le patient subi une suspension pure et simple de son permis de conduire. Les conséquences sont majeures pour le patient. Sa confidence a entraîné un effet auquel il n’était pas préparé. Par candeur ou par souci d’intégrité, il avait livré cette information à son médecin.

Dans les deux cas, c’est la confiance des patients envers le professionnel qui est mise à mal. Le patient confie son corps à la science médicale. Il devrait pouvoir s’y fier. Il faut pouvoir préserver cette confiance puisqu’elle forme un des piliers d’une relation qui contribue à l’amélioration de la santé et du bien-être de chaque personne. À l’inverse, l’erreur diagnostique et la révélation sans consentement d’une information transmise par un patient nuisent non seulement au patient, mais aussi au professionnel.

Read Full Post »