Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for octobre 2013

Les proches aidants

Aidant3J’en parle également sur MA TV : http://matv.ca/montreal/mes-emissions/100-problemes-1

On reconnait le proche aidant par sa disponibilité et son empathie envers la personne qui a besoin d’aide. Pour le proche aidant, il est naturel d’assurer une présence auprès d’une personne affectée d’une déficience ou en perte d’autonomie. Cette présence prend diverses formes : au cours des activités quotidiennes, l’accompagnement aux rendez-vous, la planification des repas, l’assistance à l’hygiène, la sélection des services pour la personne aidée, la communication avec les fournisseurs de services, l’installation des équipements qui deviennent nécessaires pour sa sécurité, pour n’en nommer que quelques-unes. Au fil des mois et des années, et souvent sans planification spécifique, le proche aidant adapte sa disponibilité à la situation du proche dont le besoin d’aide augmente, en raison de pertes liée à une déficience, une maladie dégénérative ou au vieillissement.

Bien plus que de tout appareil, la personne qui a besoin d’aide bénéficie de la présence réconfortante du proche aidant. Elle entend sa voix, sent sa main, respire son parfum. La connaissance que possède le proche aidant de la personne aidée fait de lui ou elle un expert. Elle l’aide à l’aider. Le respect et l’engagement qu’elle manifeste envers la personne aidée constitue la clé du succès de son aide.

Le proche aidant remplit un rôle d’aide et d’assistance à une personne. Ce rôle est déjà reconnu dans la Loi sur les services de santé et services sociaux. Avec l’accroissement des besoins envers une population vieillissante et la diminution constante des services à domicile, il convient de reconnaître l’apport significatif de ces proches aidants. Ils contribuent de manière essentielle au bien-être de personnes qui, sans aide, ne pourrait pas faire face aux aléas de la vie.

La tâche du proche aidant peut être ingrate. Celui qui écoute, se rend disponible, refuse d’abandonner la personne en perte d’autonomie, choisit d’apporter réconfort et mieux-être à la personne, se fait reprocher de ne pas prendre assez de temps pour lui. À ce sujet, il convient de reconnaître aux proches aidants, entre autres, le droit au répit, au soutien psychologique, à la formation, à l’assistance par des personnes spécialisées dans les domaines qui touchent la perte d’autonomie, la déficience ou la maladie dont la personne aidée est affectée.

Parce que les proches aidants apportent une aide essentielle, sans compter leur temps et sans salaire, il est essentiel que la reconnaissance passe par des mesures concrètes et adaptées à leur situation. Il faut souhaiter que cette reconnaissance se concrétise rapidement et le plus efficacement possible. L’entrée en vigueur de la Loi instituant le fonds de soutien aux proches aidants, le 14 juin dernier, porte à croire que des améliorations sont possibles. Nous croyons qu’il est envisageable de faire mieux et nous continuons de travailler à améliorer les conditions des aînés et de leurs proches.

Read Full Post »