Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for juillet 2015

chuteaîné1Dans un centre d’hébergement, un visiteur a filmé en juillet dernier une personne âgée, résidente, qui a attendu près de deux minutes sur le plancher avant de recevoir de l’aide du personnel. À sa défense, le centre a soutenu qu’il respecte le quota du nombre de préposés sur les lieux de travail. Les ressources sont insuffisantes dans les centres d’hébergement pour répondre aux chutes accidentelles…

Le risque de chutes chez les aînés croit avec l’âge. La survenance de ce risque est connue et documentée. Pour être dénombrées, les chutes en centre d’hébergement doivent être rapportées. De tels accidents font l’objet d’un relevé trimestriel obligatoire en milieu de soins.

Le nombre de situations accidentelles des aînés qui nous sont rapportées est croissant. La chute accidentelle d’une personne âgée entraîne soit des conséquences permanentes pour la personne, soit son décès, après quelques semaines ou mois. La sécurité et l’intégrité de la personne âgée dans son milieu de vie restent des préoccupations essentielles. Lorsque des accidents surviennent, le blâme repose souvent sur l’incapacité du milieu d’assurer un niveau de sécurité suffisant. C’est dans ce contexte que s’installe l’inquiétude, la perte de confiance, le questionnement et la recherche de responsabilité.

Les proches critiquent le manque de surveillance et la gravité des conséquences pour l’être aimé. Ils questionnent l’existence de moyens mis en place pour répondre plus rapidement aux chutes accidentelles? De façon plus fondamentale, quelles sont les causes des chutes et quelles sont leurs conséquences pour les personnes âgées?[1]

On peut déplorer que les préposés n’aient pas répondu plus rapidement à la situation. La vidéo d’une personne âgée qui attend l’aide, sur le sol, dans une résidence d’hébergement, dérange. Mais elle ne surprend plus dans le contexte actuel du recours aux médias. Bien que la réclamation civile n’en découle pas systématiquement, ce média comporte un effet indéniable : prise de conscience de l’amélioration toujours nécessaire des mécanismes dont le milieu de vie pour aînés doit se doter : attention, surveillance, protection, promotion et prévention.

Sans la vigilance citoyenne – ayant un caractère médiatique croissant – sans celle des groupes de défense des droits des usagers et des aînés, celle du personnel, et celle des proches et des aidants, les administrations ne seraient pas totalement informées de l’ampleur de la situation réelle. Il faut donc recevoir positivement les plaintes et continuer à développer des moyens pour atteindre l’objectif de sécurité pour les aînés tant que le manque de ressources en milieu d’hébergement n’est pas comblé.

 

[1] L’Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées tient un colloque le 8 octobre portant sur la prévention des chutes chez les aînés à domicile : www.aqdr.org/colloque2015.

Read Full Post »